Vie Municipale : Rue Carnot – terrasses – consommation de boissons alcoolisées

Lors du conseil municipal du 11 avril 2018, Monsieur le Maire a apporté des précisions sur les aménagements de la rue Carnot, la sécurisation des terrasses et l’arrêté d’interdiction de consommation de boissons alcoolisées au-delà de 23 heures :

 

« Pour le nouveau mobilier de la rue Carnot. Je profite de cette occasion tout d’abord pour féliciter mes collègues élus, au premier rang desquels Michel Arblay et Michel Crombet, ainsi que les services municipaux qui ont fait aboutir un dossier sensible et très ancien. Il s’agit d’aménagements de qualité et fonctionnels. Nous limitons en effet le plus possible les stationnements illégaux et préservons ainsi le cheminement des personnes à mobilité réduite.

J’ajoute que ces aménagements ont fait l’objet d’une concertation poussée : validation par la commission municipale de circulation, nombreux échanges avec les usagers et riverains sur le terrain. Ces aménagements s’inscrivent dans une démarche globale de redynamisation de la Rue Carnot entamée il y a 3 ans, qui bénéficiera en premier lieu aux commerçants : installation de la vidéo protection dont une extension est prévue cette année, création de 11 nouvelles places de stationnement gratuit, mise en œuvre de la nouvelle tarification du stationnement payant privilégiant la rotation des véhicules, réfection du tapis de roulement, changement du mobilier urbain. En ce qui concerne les zones de livraison, je ne vois pas le problème : elles étaient là auparavant, rien n’a changé, sinon que nous en avons rajouté. Peut-être qu’auparavant, les camions se stationnaient illégalement sur le trottoir, chose qu’ils ne peuvent plus faire aujourd’hui.

Pour la sécurisation des terrasses. Les terrasses de la rue Carnot ont la particularité de se trouver sur le domaine public, pour certaines sur des places de stationnement, très proches du flux des véhicules. Avec la mise en place du plan vigipirate, avec les consignes strictes reçues de la part de Monsieur le Préfet du Pas-de-Calais concernant la nécessité de sécuriser par rapport au risque des voitures béliers – et malheureusement, l’actualité récente qui s’est passée dans la ville de Munster est là pour le justifier si besoin était, j’ai décidé d’appliquer cette année la solution préconisée par un groupe de travail de techniciens et d’élus créé pour l’occasion. Il s’agit de la pose de blocs de béton d’une tonne chacun. Les commerçants ne les achètent pas : ils ont été acquis par la ville qui les installe. Une contribution de 75 €uros par bloc et par an est demandée aux commerçants concernés. Au vu du chiffre d’affaires généré par les prestations en terrasses, cela ne représente à peine que le coût d’un service pour une journée, et des services il y en a au minimum deux par jours et des journées avec terrasses dans la saison, il y en a plus de 200 ! Je vous laisse faire le calcul.

Pour l’arrêté interdisant la consommation d’alcool sur les terrasses après 23 heures. Des précisions tout d’abord.

Premièrement : l’interdiction de consommation de l’alcool sur la voie publique n’est pas nouvelle : un arrêté municipal qui la prévoit existe depuis longtemps. Celui-ci est renouvelé tous les 6 mois.

Deuxièmement : l’interdiction concernant les terrasses peut faire l’objet d’exceptions liées à des manifestations. Je vous l’annonce ce soir : ce sera, entre autres, le cas pour la fête de la Musique, pour les festivités du 14 juillet ou encore la fête de la Moule, pour ne citer que celles-là.

Troisièmement : l’interdiction concerne les terrasses et non l’établissement comme j’ai pu le lire ici ou là. Cela veut dire que l’alcool pourra continuer à être consommé à l’intérieur des établissements jusqu’aux heures légales de fermeture (1 ou 2 heures). Cela veut dire également que des boissons non alcoolisées pourront être servies sur les terrasses au-delà de 23 heures.

Pourquoi cette limitation a été prise ? J’ai été saisi de plaintes d’usagers de chambres d’hôtel, d’hôtes, de propriétaires, relayées par Monsieur le Préfet du Pas-de-Calais au sujet de nuisances sonores nocturnes. Elles émanaient de clients d’établissements qui pour échapper à l’interdiction de consommer sur la voie publique, se plaçaient volontairement dans le périmètre de la terrasse de l’établissement. Cette limitation vise à réglementer ces comportements inciviques.

En acceptant, il y a 10 ans, l’implantation de terrasses sur le domaine public, là où elles n’existaient pas auparavant, j’ai permis le développement économique des cafetiers et restaurants, j’ai soutenu l’emploi et j’ai favorisé l’animation nocturne de notre Cité. Toutefois, en tant qu’officier de Police Judiciaire, je suis également garant de la sécurité et de la tranquillité publique. La mesure que j’ai prise tend à trouver un équilibre entre la vie nocturne festive et celle des riverains et des touristes qui sont source de richesses pour les hébergeurs et donc pour notre station balnéaire. »

 

Articles récents

Vous recherchez…